AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


.
 

Partagez | 
 

 When does it stop? | Iseult&Steve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: When does it stop? | Iseult&Steve   Jeu 23 Fév - 19:22

Dites moi comment réagir quand la femme que vous avez le plus aimé est couchée dans un lit et que malgré le temps vous la trouvez toujours aussi magnifique? Le soleil la berçait comme hier, ses boucles désormais blanche étaient toujours aussi soignée, son sourire toujours aussi sincère et ses yeux toujours aussi beaux qu’au premier jour où j’avais eu la chance de croiser son regard. Comment réagir quand vous savez que votre cœur doit passer à autre chose, qu’elle a tellement vécu pendant que vous n’étiez pas présent, qu’elle ne veut que votre bonheur. Comment faire pour lui faire plaisir? Comment faire pour passer à autre chose alors que son corps est encore chaud, qu’elle a encore du sang qui coule dans ses veines et que son cœur se bat encore pour vivre une minute supplémentaire. Comment arrêter d’aimer quand elle ne l’a jamais fait? C’est une vie entière qui a passé sous nos yeux, c’est une danse que je n’ai jamais pu lui offrir, c’est un cœur qui a toujours battu dans la peine malgré tout le bonheur qu’il a pu vivre. Je ne savais pas si mes décisions étaient les bonnes, je ne savais pas si j’étais réellement prêt à passer à autre chose, je ne savais pas si mon cœur pourrait prendre un nouvel échec.

« A quoi penses-tu Steven? » me disait sa voix tremblante et mélodieuse à la fois. « Est-ce que c’est moi qui te rend triste ainsi? » me dit-elle très doucement pesant sur chaque mot avec la légèreté d’une plume. Je souriais en guise de réponse. Qu’aurais-je pu lui dire? La vérité? Je ne pourrais jamais admettre à ma Peggy que mon cœur voulait avancer sans elle à ses côtés, quel genre de personne cela ferait de moi? Je gloussais simplement avant d’apporter sa main sur mon visage en fermant mes yeux. « Steven. » soufflait-elle. « Je veux que tu sois heureux. Je l’ai été, je l’ai été grâce à toi, mais maintenant c’est ton tour… » Mes yeux s’ouvraient pour rencontrer sa prunelle marron. Je lui offrais mon sourire le plus sincère, bien qu’il fût amplifié par la tristesse. Peggy avait presque tout sacrifié pour moi, encore aujourd’hui elle me lisait comme un livre ouvert, encore aujourd’hui elle me rappelait que nous ne pouvions pas vivre de ‘si seulement’, car ce n’était pas une vie.

Je quittais la maison de retraite quelques heures après notre rencontre. Les préposées étaient toujours aussi heureuses de ma venu et me remerciaient pour les fleurs. Je ne répondais pourtant pas, je ne fis que sortir pour enfiler mon casque et embarquait sur ma moto. Aujourd’hui les nuages couvraient le ciel, il annonçait de la pluie plus tard en soirée, j’avais le temps de faire un tour du quartier avant de rentrer au manoir des Avengers. Une autre idée de Tony, depuis la destruction de la tour à New York il avait décidé que nous allions vivre dans un logement de trois étages uniquement pour éviter les pertes civils lors d’une prochaine attaque. Il était devenu obsédé par la paranoïa depuis Ultron et les jumeaux Maximoff, je ne pouvais pas le blâmer d’avoir peur, mais c’était sa peur même qui avait causé toute cette merde. Être à Seattle n’allait pas changer le passé, l’encre était déjà séché, les gens avaient peur. Heureusement pour nous Stark n’était pas en accord avec l’ACTU, mais ce n’était qu’une question de temps avant que cette nouvelle force politique commence à faire des ravages, surtout s’ils étaient élus. J’avais eu vent de TRASK, d’HYDRA, d’un groupe de mutant nommé CONFRÉRIE DES MAUVAIS MUTANTS et j’en passe. Plus ça allait plus la folie entourant les mutants devenait un vrai cirque à mauvaises nouvelles. On parlait d’union, d’un autre côté on disait qu’ils se combattaient, d’un autre côté les rumeurs voulaient qu’une des compagnies mettre en place un robot capable de tuer des mutants…

Je déposais les clés sur la table d’entrée et allait directement dans la salle d’entrainement. J’avais la mine longue, j’avoue que je commençais à perdre espoir d’être utile, plus le temps avançait plus la guerre devenait grande. J’avais encore perdu Buck’, j’avais perdu ses traces en allant sur une fausse piste m’emmenant en Roumanie Natasha s’était remise là-dessus, mais le retour avait été décevant. Des semaines passé en Europe pour tomber sur du vide, un appartement abandonné, j’étais revenu pour apprendre que l’état de Peggy était de plus en plus instable. Quand est-ce que les bonnes nouvelles arrivaient? Je frappais dans mon punching bag comme un cinglé, je sortais la rage que je gardais à l’intérieur, la sueur perlait rapidement. Combien de temps avait passé? Une heure, peut-être deux, mais le pauvre sac victime de ma violence fut détaché et projeté contre le mur. Je soupirais avant d’apporter ma main tremblante à ma nuque.
Revenir en haut Aller en bas
 
When does it stop? | Iseult&Steve
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bleach - 97 - Let Stop The Pendulum
» Effet Sonnore Stop Motion , Arene Raw
» One Piece 524 : No one can stop this now
» [Berry, Steve] Cotton Malone - Tome 4: La prophétie Charlemagne
» Arrête ou ma mère va tier ! (Stop ! or my mom will shoot)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plums&UntoldStories :: Les Habitations :: Medina :: Avenue Overlake :: Manoir des AVENGERS-
Sauter vers: